• O9.17 Revue Panthère Première

    → C'est une nouvelle revue indépendante de critique sociale qui lance son premier numéro, réunissant une équipe éditoriale et technique non-mixte. Dans ce premier numéro, alors que les pelles mortes se ramassent à la feuille et que le duende andalou s'invite dans nos pages, on sortira des marins du grand bleu et de l'oubli, on suivra des contrebandières dans les ressacs de la chute du bloc soviétique, on marquera un arrêt dans la salle télé d'un HP, on éprouvera le dilemme de femmes prises en étau entre féminisme blanc et anti-racisme viril, on servira le déni au dîner le temps d'un dimanche familial et fleuri, on coupera la chique à ceux qui tranchent les vulves pendant les accouchements, on écoutera les témoignages des récents massacres mexicains, on s'attardera en images sur la guerre Iran-Irak, on mangera des broussailles par la racine, on chantera ensemble, main dans la main, « Que je t'aime, que je t'aime, que je t'aime... ! » et le moment venu – roulements de tambour et lever de rideau – on pénétrera dans QUIPROCLASH, l'univers des paroles déplacées à la sauce Panthère, celui des langues déliées et des langues mordues, et il y en aura pour tout le monde, petit·es et grand·es, esclaves sous l'Inquisition, psychanalystes et dissident·es chinois·es ! Collaboration : Félicité Landrivon et Éléonore Jasseny / Format : 200 x 300mm, 100 pages / Impression : rotative, Léonce Déprez.  
  • O3.17 Entre un néant et un autre, Les éditions des mondes à faire

    → Ratcharge (2004-2014) était un fanzine qui disséquait le quotidien avec le même acharnement que la musique. Au fil de ses trente-quatre numéros, il a montré ce que pouvait être la littérature punk : pas de nostalgie, une démarche autonome de A à Z et des récits directement tirés du vécu, couchés sur le papier comme trois accords plaqués dans un fracas de larsens. Errances urbaines, squats, dérives sous acide, apnées salariales, guerre contre l’ennui : une littérature brute, héritière bâtarde de la contreculture américaine et du vide existentiel de la banlieue parisienne. Collaboration : Éléonore Jasseny / Éditeur : Les Éditions des mondes à faire.  / Format : 115 x 118 mm, 156 pages, 11 illustrations noir et blanc / Impression : offset, Chirat
  • 1O.16 La colonisation du savoir, Les éditions des mondes à faire

    → Une histoire des plantes médicinales du «Nouveau monde» (1492 -1750) de Samir Boumediene, publié aux Éditions des mondes à faire. • Tabac, coca, quinquina, cacao, gaïac, peyotl, poisons, abortifs… De 1492 au milieu du XVIIIe siècle, les Européens s’approprient en Amérique d’innombrables plantes médicinales. Au moyen d’expéditions scientifiques et d’interrogatoires, ils collectent le savoir des Indiens ou des esclaves pour marchander des drogues, et élaborent avec elles les premières politiques de santé. Dans le même temps, inquisiteurs et missionnaires interdisent l’usage rituel de certaines plantes et se confrontent aux résistances des guérisseurs. Botanique, fraudes et sorcellerie : entre les forêts américaines et les cours du Vieux Monde, ce livre raconte l’expansion européenne comme une colonisation du savoir. Collaboration : Samir Boumediene, Éléonore Jasseny, Antoine Lambin, Valentin Barry, et Alban-Paul Valmary / Format : 215 x 145 mm, 480 pages, 50 illustrations, dont 35 en quadrichromie / Impression : offset, papiers Munchen et Olin.